Actualité

Evénement

Lundi 16 septembre 2019,
l'AIRE réunira
15 intervenants de premier plan pour un colloque au Palais du Luxembourg. On y discutera des évolutions de l'Etat-providence français, sur trois enjeux clés : politique familiale, politique du logement, revenu d'existence. On évoquera également réformes fiscales et expérimentations.

Programme et inscription

ENS 48 bd Jourdan

Rencontres mensuelles

Chaque mois, nous ouvrons un espace de rencontre avec des experts et politiques. Certains sont des défenseurs engagés d'une forme de revenu d'existence. D'autres travaillent sur des sujets connexes, ou formulent des doutes voire des objections qu'il est nécessaire de comprendre.

Informations pratiques

Generic placeholder image

Think Tank

Initié en avril 2013, un groupe de travail permanent regroupe des citoyens et experts de divers domaines, engagés pour la promotion d'une forme de revenu inconditionnel. Réagissant à l'actualité ou traitant des questions de fond, ce think tank contribue quotidiennement à l'approfondissement de nos propositions.

Le fonctionnement


L'AIRE, acteur du débat

Par une prise de parole constante auprès des politiques et des média, l'AIRE contribue à la réflexion sur les évolutions souhaitables du système socio-fiscal français. La mise en place d'un Revenu d'Existence représente une réforme considérable, quatre caractéristiques de la proposition nécessitant un changement fondamental de nos représentations.

L'inconditionnalité représente une rupture majeure, beaucoup de politiques et de citoyens hésitant encore à reconnaître la légitimité d'un versement accordé à tous, sans démarche ni effort des bénéficiaires. C'est là l'enjeu de débats philosophiques, sociologiques, voire religieux, auxquels l'AIRE contribue activement.

La deuxième difficulté vient du caractère strictement individuel du Revenu d'Existence. Beaucoup défendent la place de la famille comme structure de base de la société. L'AIRE contribue avec constance à la pédagogie de solutions individuelles, qui avantagent en réalité la plupart des familles.

Le troisième espace de débat concerne la place du travail dans notre société. Le Revenu d'Existence étant versé quelle que soit la situation professionnelle des bénéficiaires, il élimine totalement les trappes à inactivité et autres effets de seuil qui empêchent les actuels allocataires du RSA ou d'autres dispositifs d'accepter des emplois permettant leur participation à l'activité économique et à la vie de la cité.

La quatrième caractéristique de simplification drastique du système redistributif français fait plus facilement consensus. L'AIRE contribue par des analyses techniques, approfondies, pour recommander des solutions alliant simplicité, efficacité économique et équité.


Actualité


Le Revenu d'Existence : Notre Charte

Le Revenu d'Existence est un projet humaniste, où chaque être humain est reconnu comme une personne autonome, apportant à la société toute entière sa richesse relationnelle, ses projets, ses potentialités d'une infinie variété. Loin de toute approche utilitariste, le Revenu d'Existence est dû à chacun "non pour exister mais parce qu'il existe".

Les travaux de Yoland Bresson ont établi que ce revenu, conçu comme partage égalitaire de la rente du capital collectif, représente de l'ordre de 15% du PIB d'un pays tel que la France. En prenant en compte l'ensemble de la population, le montant du revenu d'Existence se situe dans une fourchette de 450 à 500 euros par mois en 2016 (pour les adultes), ce qui est proche du RSA d'une personne seule, hors forfait logement. Bien entendu, diverses modulations sont possibles autour de ce repère, en se gardant de la tentation de proposer des montants trop élevés, car comme le rappelait de façon prophétique Yoland Bresson, "l'économie risque de se venger".

Questionnant la pertinence des prestations conditionnelles et dispositions fiscales attribuées à diverses catégories de citoyens en fonctions de critères dont la légitimité est parfois très faible, avec une efficacité douteuse, le Revenu d'Existence se substitue naturellement à de nombreux mécanismes redistributifs actuels. Mais ceci ne concerne aucunement les mécanismes qui répondent à des logiques spécifiques, pleinement légitimes, qui sont inchangées :

  • les aides au logement,
  • les systèmes de retraite,
  • l'assurance chômage,
  • les indemnités journalières et les prestations de santé,
  • l'éducation,
  • le soutien aux handicapés et le support dans les situations de dépendance.

Contrairement à une interprétation fréquente, le Revenu d'Existence ne cherche pas à réduire l'incitation au travail. Au contraire, c'est un moyen efficace de libérer l'homme de sa dépendance actuelle à l'emploi salarié - qui scinde inexorablement la société en inclus et exclus - lui permettant d'investir de nouvelles formes de travail, plus autonomes, plus adaptées à un monde créatif et ouvert.

Fruits de l'intelligence humaine, les gains de productivité vont certainement se poursuivre à long terme dans nos sociétés. La durée totale de travail tend à diminuer naturellement. La contrainte du marché rend peu réaliste l'hypothèse d'une augmentation sensible du salaire horaire pour les moins qualifiés. Les revenus nécessaires aux ménages et au fonctionnement de l'économie seront nécessairement de plus en plus déconnectés du travail. De façon imagée, on peut dire qu'on va progressivement distribuer "le salaire des robots", en réalité l'héritage du capital social collectif. Le niveau du Revenu d'Existence évolue naturellement avec le développement de la société.

En savoir plus

Retrouvez les textes publiés dans nos lettres de liaison depuis 1993 :

AIRE - Allais - Alliot - Amiot - Arcizet - Askénazy - ATD - Attali - Auber - Auger - Bériot - Barbier - Bastille - Batho - Beaulieu - Berthillier - BIEN - Billoré - Boespflug - Bosqué - Bougnoux - Boulin - Boutin - Bradford DeLong - Brasseur - Bresson - Burgaud - Caillé - Casassas - Catalogne - Chollet - CIPMF - Clerc - Code Civil - Collectif - Conseil de l´Europe - Courtaigne - Coutrot - Creel - Damon - Daniel - de Basquiat - de Foucauld - de Kemel - de La Croix - De Wispelaere - Delalande - Deleu - Deruder - Devauchelle - Djaïz - Domenech - Druon - Duboin - Duchatelet - Dumartin - Durin-Marchal - Dutrieux - Dutrin - Duval - Euzéby - Euzeby - Even - Faber - Fargeot - Ferry - Fitoussi - Frère Sylvain - Gadrey - Galand - Galley - Gamel - Gaymard - Gobillon - Godeluck - Godfrain - Godino - Gomez - Gorz - Grandjean - Guibet Lafaye - Guiraud - Héron - Harribey - Harter - Hattersley - Heim - Hubaut - Husson - Hyafil - Inde - Jarrosson - Jauch - Jeanneau - Jouanny - Jourdan - Kauter - Koenig - Kolb - Korosec - Krassovsky - Kundig - Lacan - Lambrecht - Lansade - Largueze - Lavagne - Le Tallec - Leclercq - Lefebvre - Letho - Lievin - Livio - Luther King - Méraud - Majnoni d´Intignano - Maris - Marseille - Meyruey - MFRB - Morin - Mourier-Genoud - Nespoulous-Neuville - Oliveau - Orléan - Parlement espagnol - Petit - Poittevin - Régent - Ramonet - Raventos - Ribardière Bigot - Riché - Robin - Romieu - Ruby - Sénat - Serverin - Siegel - Soleil - Sterdyniak - Stiglitz - Stoléru - Suplicy - Sutra - Tabatabai - Talamoni - Tardieu - Tardif - Toulemon - Trannoy - Valentin - Valette - Van Parijs - Vanderborght - Vivant - Viveret - Wark - Werner - Werrebrouck - Yomet -